Fougères

J’ai 10 ans. C’est le jour où on nettoie la tombe de mon grand-père.

Je suis en forêt avec mon père qui est le gardien de la tombe. C’est un rituel. On est dans le bois et mon père dit « cueille un bouquet pour Pépère Fernand ». Alors je sais que c’est le jour où on va nettoyer la tombe.

J’aime bien ça. Mon père ramène de la vie de la forêt, il va en chercher exprès. Et je sens cet honneur, et je sens cet honneur. Fière et refière.

Comme mon père fait signe aux arbres quand il passe sur la route, il sait que les fougères aussi, sont vivantes. Quand on est dedans, ça nous fait des troupeaux de préhistoire jusqu’aux genoux.

C’est un original mon père, il sent l’humus tout le temps. C’est un créateur. Les gens entendent « bouquet », ils voient « fleurs ». Mon père dit « bouquet », il cueille la forêt.

On ramène des hordes de fougères pour faire revivre la tombe. Ça fait des trous de forêt dans le cimetière.

Et ma mère elle, elle coupe les têtes des canards. Ils continuent de courir sans la tête.

Et ça, c’est drôle.

 

fougère_ursula_caruel_2018001

Fougères – Ursula Caruel – encre 30 x 30 cm – 2018
Publicités

Un commentaire sur “Fougères

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s